Montréal affiche le meilleur rendement économique en 2018

Montréal affiche le meilleur rendement économique en 2018

Cette année, Montréal s’est hissée au premier rang de la croissance parmi les villes canadiennes, enregistrant un PIB réel prévu de 2,9 %, selon le rapport Notes de conjoncture métropolitaines du Conference Board du Canada.

Faits saillants

  • Montréal rejoint les rangs de Winnipeg et de Hamilton, les économies métropolitaines affichant la croissance la plus élevée cette année à l’échelle du pays. Cependant, ces trois régions métropolitaines de recensement (RMR) verront leur croissance économique fléchir l’an prochain pour s’établir à environ 2,0 % ou moins.
  • L’économie de Toronto a affiché un bon rendement au cours des dernières années mais la croissance devrait ralentir à 2,3 % cette année et à 2,4 % en 2019.
  •  L’économie d’OttawaGatineau devrait également ralentir, mais elle connaîtra tout de même de bons résultats au cours des deux prochaines années.

Montréal et la ville de Québec

L’économie de Montréal demeure robuste et est en voie de progresser de 2,9 % cette année. Cet élan positif s’appuie sur l’investissement dans le secteur non résidentiel, la solide création d’emplois et la croissance soutenue de la population. Le marché de la main-d’oeuvre se resserre, ce qui s’est traduit par une augmentation des salaires et le désir de dépenser davantage. Cela a entraîné un niveau de construction résidentiel élevé et une croissance solide des ventes au détail. Les autres secteurs qui devraient bien se tirer d’affaires comprennent la fabrication, les arts, spectacles et loisirs et les services d’hébergement et de restauration. Après 2018, le vieillissement de la population jumelé aux taux d’intérêt élevés et à l’endettement plus lourd des ménages, se traduira par une baisse des dépenses de consommation à Montréal. Cela entraînera des gains du PIB réel plus tièdes mais tout de même solides de 1,8 % en 2019.

L’économie de la ville de Québec devrait augmenter de 2,6 % cette année contre 2,7 % en 2017. Cette croissance a été alimentée par un rendement particulièrement solide du secteur des biens. En particulier, les secteurs de la fabrication et de la construction sont en voie d’ajouter 5 000 nouveaux emplois à l’économie. Les industries productrices de services seront à la traîne mais croîtront tout de même à un rythme solide. Or, la hausse des taux d’intérêt et le vieillissement de la population freineront la croissance au cours des prochaines années. On prévoit un gain modeste de 1,9 % l’an prochain.

Source:  Le Conference Board du Canada.